La Belle Saison

La Belle Saison 2015

1971. Delphine, fille de paysans, monte à Paris pour s’émanciper du carcan familial et gagner son indépendance financière. Carole est parisienne. En couple avec Manuel, elle vit activement les débuts du féminisme. Lorsque Delphine et Carole se rencontrent, leur histoire d'amour fait basculer leurs vies.

COMMENTAIRES

Film qui ne m'a pas transcendé du tout...bien au contraire !! J'espérais voir une belle histoire d'amour entre deux femmes et résultat des courses j'ai juste vu une suite de scènes sans grand intérêt !!! Je ne raffole pas de la période agitée de Mai 68 et les revendications, les chansons, les cris en permanence m'ont vite agacé !! Les actrices sont justes mais leurs personnages ne sont pas attachant du tout et même leur romance a fini par m'ennuyer !! Une grosse déception !

Une histoire d'amour trop fade.

Le film relate avec justesse et sensibilité la naissance du mouvement féministe et de la libération de la femme. L'histoire d'amour des deux personnages principaux apporte une touche de tendresse et d'humanité très bien interprétée par Cécile et Izia.

Film intéressant, critique complète ici : http://fan-2-cine.com/accue...

Les deux actrices sont très convaincantes.
Pas mal de scènes de nu, rien de choquant.
C'est un jolie film sur le tabou de l'homosexualité à l'époque, ce qui l'est encore pour certains, 45 ans après.

Noemie Lvovsky est magistrale et interprete son role avec sincerite. Elle porte pourtant un personnage ambivalent, mais qui temoigne d'une epoque encore poussiereuse. Tres beau film.

Un bon film gâché par sa bande annonce qui révèle plus des trois quarts de l'intrigue du film...

Cool, encore une victoire de déficit pour la France.

Une histoire d'amour classique malgré le contexte et traitée d'une manière trop superficielle. On retrouve les mêmes éléments que d'habitude avec les doutes sur la sexualité du personnage de Cécile De France et la difficulté de faire accepter son choix à sa famille pour celui d'Izïa Higelin tout ceci est, en plus, accentué par le fait que ça se passe dans les années 70 donc surement plus difficile à gérer que maintenant. En regardant le film, on est obligé de penser à "La vie d'Adèle" qui est quand même plus abouti et plus fort dans tous les domaines notamment au niveau de la mise en scène et des émotions. Ce n'est pas un mauvais film seulement ça s'adresse peut-être à un public féminin parce que je ne me suis jamais senti concerné ce qui fait que je n'ai pas accroché, mais je ne me suis pas ennuyé pour autant. 2/5

La belle saison est un beau film qui mélange l'hommage, sur une génération de femmes qui se sont battus pour leur droit et le mélodrame solaire, pudique et prenant . Le duo Cécile de France et Izia Higelin est excellent et les seconds rôle sont très convaincants. La mise en scène offre quelque moment de grâce. Pour autant et malgré l’intelligence du traitement de Catherine Corsini, elle n’arrive en aucun cas à nous faire oublier le sentiment de déjà vu que nous laisse le scénario et que son neuvième long métrage arrive après La Vie d’Adèle . Dommage

Note: 3,5/5

Critique complète :http://cinematogrill.e-mons...

Un beau film, la romance entre Delphine et Carole est très bien menée, poétique et sentimentale, les actrices jouent plutôt bien et ce film rend également un bel hommage au combats des femmes pour leurs propres droits au début des années 1970.
Sinon rien de purement original dans le scénario et le thon de la comédie dramatique mais on se laisse porter assez facilement, donc un bon film à aller voir. 3,5/5

je vais le voir demain à 20H45, j'espère que ce film est à l'image des bonnes critiques

Beau film bien réalisé, délicieusement bien joué, que du plaisir, à conseiller

On se laisse porter, autant par les actrices que par la mise en scène. Le ton est juste, dans le sens où il y a très peu d'emprunts à nos valeurs actuelles, dans le vocabulaire et les expressions. On se sent projeté dans l'époque, et la façon dont les deux femmes se sont construites. Leur amour est dépeint sans sensationnalisme. Le nu n'y est pas pornographique. Il y a longtemps que je n'ai été happé si simplement.

Très beau film sur l'amour au féminin. ils sont tellement rare ces films là. de bonne actrice pour ces rôles.

superbe film peignat le monde paysan des années 70

Joli film, même si bien inférieur à La vie d'Adèle : http://www.christoblog.net/...

beau film oui j'ai bien aimé, mais c'est dommage c'est du vu et revu, film lent mais pas ennuyeux

Le film n'est pas surprenant. Si on regarde la bande annonce, on a tout vu. Légère déception quand au scénario. Le jeu est cependant bien réalisé par les 2 actrices.

je rejoins tous les avis quel beau et tendre film merveilleusement interprété
dans une très belle campagne française.

"La belle saison, un titre simple mais évocateur pour un bien beau
film. Catherine Corsini, qui signe son quatorzième long-métrage,
réalise une ode à la liberté sous toutes ses formes. Dans la France des
années Giscard, elle dépeint une campagne arriérée et une ville qui ne
l’est pas moins. De cette société rétrograde va éclore, comme au
printemps, un amour intense et lumineux bercé par ses illusions et
néanmoins porté par de hautes ambitions."

http://unegrainedansunpot.c...

Un beau film lumineux grâce à ses deux actrices principales, Cécile de France et Izia Higelin, dont l'évolution de leur histoire d'amour est précise, sensible, et ne tombe jamais dans le sensationnalisme qui plombait pas mal La vie d'Adèle par moments. Par contre, si la première partie à Paris est délicieuse (notamment l'opération de sauvetage d'un homosexuel condamné à des électrochocs pour le "guérir") la partie campagnarde est jolie mais devient bien longue et convenue. Noémie Lvosky n'aime pas trop dans son interprétation très "Anna Magnani" de la mère soumise aux règles des hommes. Elle est presque excessive, cabotine dans sa sobriété forcée, et sa scène d'affrontement avec Cécile est assez lourde. Le film reste toutefois convaincant dans sa peinture du monde féministe et du monde campagnard, sans toutefois faire sauter autant de tabous que le brutal et salvateur la vie d'Adèle. On note une belle évolution de notre cinéma de ce côté là...

Très beau film, très bien interprété par tous les acteurs avec la palme pour le trio de femmes. Très belle histoire d'amour féminine sur fond de féminisme.
Simple, touchant et qui nous rappelle que l'amour n'a ni sexe, ni époque.

Catherine Corsini a aussi ce fond archaïque en montrant la passion dans ses films. c'est comme dans "Partir" d'un côté et pour les mouvements et batailles féministes, ça m'a rappelé "Victoire ou la douleur des femmes" qui évoquait des réalités très dures. Les pilules de ces époques étaient peu adaptées, pas dosées comme elles peuvent l'être maintenant. Les personnages sont bien interprétés et la logique de chacune est assez crédible, la jeune femme instable qui doit lutter contre son époque et des choses qu'elle a en elle et une agitée qui réagit sans se rebiffer en privé alors qu'elle est extravertie et harpie sur la scène publique. C'est à voir seulement ça reste une reconstruction. Dans ces années là, j'ai un peu du mal à penser qu'elles arrivaient comme ça à s'affirmer
face aux familles de campagne. Au moment des baba cool, il devait bien y en avoir seulement là c'est toute une mise en lumière sur Delphine et Carole.
Dans les champs et autre, si les années 70, des gens en étaient aux années 50 , il y a les "dans le vent" et ceux ultra conservateurs qui gardent tout et tout et tout chez qui c'est encore pas loin de ça, des habitudes tenaces, la difficulté à voir ce qui est sous leurs yeux.
ça change.
2 millions d'entrées????

Superbement joué

Le film qui vient remonter un peu une semaine ultra pauvre en sorties.

Après ses propos après la palme d'or de la Vie d'Adèle, je dédicace ce film à Christine Boutin.

Un peu déçu... C'est très convenu, et ça ne fonctionne jamais vraiment. Le point faible du film est peut-être Cécile de France, beaucoup plus convaincante pour ce genre de rôle dans le film "L'auberge espagnole". Quelques beaux passages quand même, mais dans l'ensemble je m'attendais à un choc à la hauteur de "Brokeback mountain" qui traitait par certains aspects du même sujet.

Le film est très réussi. On se demande sir les choses ont tant changé depuis les années 70: http://marlasmovies.blogspo...

Catherine Corsini nous parle dans LA BELLE SAISON, d’une époque ou les idéaux étaient à la fois vivaces, et pas encore désillusionnés (1971). Elle nous parle de féminité, de féminisme, de force de caractère, de soumission, de liberté, d’identité (sexuelle, sociale et personnelle), de combat, d’égoïsme, d’amour… Trop pour un seul film ?

Pas forcément: c’est précisément dans le dosage de ces nombreux éléments que le film trouve son ton, sa force. Aucun d’eux n’est traité pleinement; tout fusionne en quelque sorte, sans que rien ne prenne le pas. Au final, LA BELLE SAISON laisse autant une impression mitigée que celle d’un film qui touche juste (...)

L'intégralité de cette critique, sur Le Blog du Cinéma

Un film qui ne peut pas intéresser ceux qui conçoivent les relations entre filles comme - au plus - une belle amitié, sans histoire de Q.

Une histoire d'amour qui ne manque pas de charme de par son féminisme, sa simplicité (Corsini filme les corps nus sans voyeurisme ni fausse pudeur) et, son atout majeur, un très joli duo, avec une Cécile de France tour à tour sensuelle (même avec du poil sous les bras, chose qu'on ne voit plus trop désormais), touchante, drôle et pleine d'énergie.
On appréciera l'impression de la ville, pleine d'énergie, de remous (politique, sexuel...) opposée à une campagne belle mais figée dans ses conceptions où les personnages secondaires ont une réaction dure face à l'homosexualité sans être non plus des êtres purement déplaisants.
Reste qu'en dépit d'une crédibilité dans les situations, compte tenu de l'époque (et certains de ces archétypes existent encore, malheureusement), on ne peut s'empêcher parfois de trouver que le film ne parvient pas totalement à convaincre, la faute à une histoire qui perd de vue son engagement politique pour la cause féminine citadine en s'enfermant dans la campagne en amourette sur fond de difficulté à faire son coming-out et vivre l'amour au grand jour.
Ce n'est pas totalement sans fondement scénaristique; c'est l'inévitable dilemme de mener un combat loin de chez soi et d'ensuite devoir le mener au coeur de sa propre famille.
Mais on se retrouve en terrain connu qui fait un peu cliché parfois (même si, encore une fois, époque oblige, ils sont tristement crédibles). L'humour, qui est souvent présent dans cette partie, permet d'alléger la lourdeur d'une situation un peu vaudeville sur les bords mais il est à double tranchant: le ton devient parfois plus comique et cela peut donner une impression de film plus léger que grave.
On regrettera que la mise en scène n'ait pas su donner plus de souffle à l'histoire pour être un peu plus emporté dans l'émotion.
Il n'empêche que le duo d'actrices vaut à elles seules le coup d'oeil, Cécile de France y trouvant l'un de ses plus beaux rôles.

Dernière remarque: c'est pas parce qu'il s'agit d'amours lesbiens que le film entretient de rapports avec La vie d'adèle. Vraiment rien à voir (Kechiche n'a pas inventé l'histoire lesbienne)

Loading...